C'est la rentrée.
Cela se sent jusqu'au bout des couloirs dans la grande institution qui me verse, contre les heures passées en son sein, de quoi s'assurer de mes bons et locaux services.

De nouvelles formes de management, de nouveaux défis, des textes et des lois et surtout beaucoup de formation.

Je m'en fou ! j'ai dis. Du moment qu'on me paie... Mais ce n'était pas vrai.

En même temps les choses ne peuvent pas rester immuables. Les hommes changent, les femmes en veulent plus et les enfants n'ont pas le temps de voir venir.

La plus part des gens ne me comprennent pas. Devrais-je renoncer à en parler pour autant.

Non, je crois plutôt que de tout, il vous faut rire...

C'est du bonheur ! Je voulais juste le partager avec vous.

Je vous dois combien... Nous voulons encore faire un essai.

C'est la rentrée.

J'ai classé mes affaires. Justes des noms sur lesquels les visages se sont brouillés.